Critères des juges

A l’issue d’une réunion avec Jeremy ATTYASSE (moniteur de surf, directeur de compétition surf, juge fédéral, formateur coordinateur) et Tony PAYET (chef juge surf Réunion, juge fédéral championnat de France), ceux-ci acceptent (si disponibilité) les responsabilités de chef-juge pour Jérémy et juge pour Tony durant le championnat de kite de la Réunion.

Afin de vous permettre de mieux comprendre les critères de notation, voici leurs recommandations :

Généralités

  • Les riders seront classés sur leurs 2 meilleures vagues par heat avec un maximum de 10 vagues notées par heat,
  • Le jugement porte sur la qualité et non la quantité des manœuvres (1 radicale mieux que 3 moyennes),
  • Si possible sera installée une bouée de dégagement à 50m derrière la vague pour simplifier les problèmes de priorité et donner aux juges le temps nécessaire pour la notation,
  • Le chef juge peut indiquer à ses juges les potentiels de points envisageables par vague sur le spot du jour. Il peut ajuster sa mesure entre deux séries si les conditions évoluent ou, pendant la série, si une série de vagues exceptionnelles se présente,
  • À taille et creux équivalents, la vague débutée au pic de déferlement est comptée à un potentiel de points supérieur d’un demi point par rapport à une vague ayant déjà commencé à déferler,
  • Une mousse surfée est comptée au point inférieur du potentiel de la vague

Le choix des vagues

  • Critère primordial. Seules les notes (sur 10 points) des deux meilleures vagues surfées par chaque concurrent sont prises en compte pour départager les concurrents d’une série. Observable 1 : Le potentiel de points est proportionnel à la taille et au creux de la vague choisie par le concurrent (exemple : une vague à tubes dépassant 2m50 = potentiel entre 8 et 10 points, vague peu pentue de 80 cm = potentiel entre 3 et 4points).

Fluidité

  • Les manœuvres et les directions prises par la planche et le concurrent optimisent le potentiel de la vague,
  • L’aile doit servir le moins possible durant les manœuvres,
  • Une manœuvre doit être exécutée si possible avec une seule main à la fois sur la barre,
  • Chaque vague doit commencer par un bottom turn,

Radicalité

  • Le concurrent suit le déferlement de la vague en utilisant son énergie
  • les manœuvres doivent être réalisées le plus près possible du point critique de la vague,
  • a source de glisse prédominante du flotteur est la puissance de la vague par rapport à celle de l’aile (ce critère devient moins lisible dans le vent fort et les petites vagues)
  • la terminaison d’une manœuvre doit générer un maximum de vitesse grâce à la vague (et non l’aile),
  • le surf « rail to rail » est favorisé par rapport au surf « à plat »,
  • exception: un snap sera mieux noté qu’un roller si et seulement si il est réalisé dans la partie déferlante de la vague,
  • Les vitesses, directions et trajectoires du concurrent sont accentuées de manière à augmenter l’impression de puissance
  • La proximité du déferlement permet d’augmenter la note vers le maximum du potentiel de points de la vague surfée
  • Pour les manœuvres de haute virtuosité (Floater, aerial, 360°…), à manœuvre égale, un concurrent qui navigue sans footstrap verra son potentiel de points augmenté d’un demi-point ou plus en cas de manœuvre exceptionnelle
  • Seules la virtuosité et la difficulté technique d’une manœuvre pourront servir à augmenter le score dans la mesure où cette manœuvre est mise au service de la fluidité et de la radicalité du surf
  • Une manœuvre qui se termine trop loin, devant ou derrière la vague, implique la fin du score sur cette vague. En temps normal, les deux meilleures vagues sont prises en compte pour le jugement. En fonction des conditions de vent et de vagues, chaque jour, le directeur de course se réserve le droit de modifier ce paramètre. Il l’annoncera au briefing des concurrents
  • Strapless
    • les manœuvres réalisées strapless seront favorisées,
    • rider strapless n’apporte pas de bonus si les manœuvres sont inexistantes ou de qualité médiocre,